Propositions

Note succincte aux organisations de la CGT concernant la rencontre du 17 juillet 2018 avec le président de la République, les 5 secrétaires généraux des confédérations et les représentants patronaux
E. MACRON a ouvert la réunion en justifiant la mise à l’écart des organisations syndicales la première année de son mandat, par sa volonté de mettre en oeuvre rapidement ses promesses de campagne.

Après la suppression en 2014 de la demi-part du quotient familial accordée aux veuves, veufs, divorcées et divorcés, suivie par le plafonnement des majorations pour enfants, c'est maintenant la pension de réversion qui est visée.

Depuis des années les différents gouvernements rêvent de la supprimer.


Chaque jour, nous avons une série d’annonces aussitôt démenties. Qui croire ? Ce qui est sûr, c’est que ce gouvernement a bien la volonté de réformer les pensions de réversion. Christophe Castaner, le patron de La République en Marche a en effet déclaré qu'il y aurait des "gagnants" et des "perdants" à la suite de la réforme des pensions de réversion. Ce qui est également sûr, c’est qu’avec la réforme envisagée du régime des retraites et l'introduction du système de retraite à point, la réversion serait considérablement diminuée.

pension reversion

 

Avec la CGT exigeons une véritable retraite universelle : celle du Conseil National de la Résistance (CNR).

Par Richard Palao, ancien administrateur caisse de retraite régime général.

Macron affiche clairement sa volonté de dynamiter les régimes de retraite issus des luttes et du programme du Conseil National de la Résistance, pour les remplacer par un système qu’il prétend universel.

La manœuvre est subtile car Macron sait très bien que l’un des objectifs d’Ambroise Croizat et du CNR était de créer un tel système de retraite partie prenante d’un système de protection sociale couvrant l’ensemble des risques, bâtit sur les principes d’Unicité, d’Universalité et de Solidarité géré par les bénéficiaires eux-mêmes , autant d’énormes différences d’avec le système « universel » de Macron.

bandLSR

 

 

La CGT propose des solutions durables pour un bon niveau de retraite.


A quel âge pourra-t-on demain partir à la retraite ? Avec quel montant de pension ? Comment assurer durablement le financement du système ?

C'est pour répondre précisément à ces questions que la CGT formule les propositions qui suivent. Ces propositions que la CGT avait mises au coeur du débat sur la réforme des retraites Fillon en 2010 restent de pleine actualité si l'on veut répondre aux besoins des salariés, des retraités, trouver les financements nécessaires.