Les collectifs

POURQUOI ME SYNDIQUER À LA CGT ?

La CGT a vocation de défendre les intérêts individuels et collectifs des salariés. Dans un contexte de recherche de « réduction du coût du travail », nous constatons que nous n’avons pas les mêmes intérêts que nos employeurs. Nous pensons que si nous prenons nos affaires en main, nous pouvons faire changer les choses. Dans beaucoup de services ou d’entreprises, l’action collective a permis des avancées en matière de salaires, de conditions de travail, de lutte contre la précarité… Force est de constater que plus les syndiqués sont nombreux, plus l’ensemble des préoccupations sont embrassées par le syndicat, c’est-à-dire les syndiqués pris collectivement.

Devenez syndiqué,

 

 

 
𝑴𝑬 𝑺𝒀𝑵𝑫𝑰𝑸𝑼𝑬𝑹, 𝑸𝑼'𝑬𝑺𝑻-𝑪𝑬 𝑸𝑼𝑬 𝑪̧𝑨

𝑴'𝑨𝑷𝑷𝑶𝑹𝑻𝑬 ?
 

 𝙄𝙣𝙙𝙞𝙫𝙞𝙙𝙪𝙚𝙡𝙡𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙚𝙩 𝙘𝙤𝙡𝙡𝙚𝙘𝙩𝙞𝙫𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩, 𝙣𝙤𝙪𝙨 𝙛𝙖𝙞𝙨𝙤𝙣𝙨 𝙫𝙖𝙡𝙤𝙞𝙧 𝙣𝙤𝙨 𝙙𝙧𝙤𝙞𝙩𝙨 (𝘾𝙤𝙙𝙚 𝙙𝙪 𝙩𝙧𝙖𝙫𝙖𝙞𝙡, 𝙘𝙤𝙣𝙫𝙚𝙣𝙩𝙞𝙤𝙣 𝙘𝙤𝙡𝙡𝙚𝙘𝙩𝙞𝙫𝙚, 𝙖𝙘𝙘𝙤𝙧𝙙𝙨 𝙙’𝙚𝙣𝙩𝙧𝙚𝙥𝙧𝙞𝙨𝙚, 𝙘𝙤𝙣𝙩𝙧𝙖𝙩 𝙙𝙚 𝙩𝙧𝙖𝙫𝙖𝙞𝙡…). 𝙀𝙣 𝙤𝙪𝙩𝙧𝙚, 𝙡𝙚 𝙨𝙮𝙣𝙙𝙞𝙦𝙪𝙚́ 𝙖 𝙡𝙚 𝙙𝙧𝙤𝙞𝙩 𝙖̀ 𝙙𝙚𝙨 𝙞𝙣𝙛𝙤𝙧𝙢𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣𝙨 𝙥𝙖𝙧𝙩𝙞𝙘𝙪𝙡𝙞𝙚̀𝙧𝙚𝙨 (𝙥𝙧𝙚𝙨𝙨𝙚𝙨 𝙨𝙮𝙣𝙙𝙞𝙘𝙖𝙡𝙚𝙨, 𝙞𝙣𝙛𝙤𝙧𝙢𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣𝙨 𝙟𝙪𝙧𝙞𝙙𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨, 𝙖𝙨𝙨𝙞𝙨𝙩𝙖𝙣𝙘𝙚…). 𝙉𝙤𝙪𝙨 𝙥𝙧𝙤𝙥𝙤𝙨𝙤𝙣𝙨 𝙚́𝙜𝙖𝙡𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙙𝙚𝙨 𝙛𝙤𝙧𝙢𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣𝙨 𝙨𝙮𝙣𝙙𝙞𝙘𝙖𝙡𝙚𝙨 𝙙𝙤𝙣𝙩 𝙡𝙚𝙨 𝙤𝙗𝙟𝙚𝙘𝙩𝙞𝙛𝙨 𝙨𝙤𝙣𝙩 𝙙𝙚 𝙛𝙖𝙘𝙞𝙡𝙞𝙩𝙚𝙧 𝙡𝙖 𝙘𝙤𝙢𝙥𝙧𝙚́𝙝𝙚𝙣𝙨𝙞𝙤𝙣 𝙙𝙚𝙨 𝙨𝙪𝙟𝙚𝙩𝙨 𝙚́𝙘𝙤𝙣𝙤𝙢𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 𝙚𝙩 𝙨𝙤𝙘𝙞𝙖𝙪𝙭. 𝙄𝙡 𝙨’𝙖𝙜𝙞𝙩 𝙖𝙪𝙨𝙨𝙞 𝙙’𝙖𝙞𝙙𝙚𝙧 𝙩𝙤𝙪𝙩 𝙨𝙮𝙣𝙙𝙞𝙦𝙪𝙚́ 𝙖̀ 𝙨𝙚 𝙙𝙤𝙩𝙚𝙧 𝙙𝙚𝙨 𝙘𝙤𝙢𝙥𝙚́𝙩𝙚𝙣𝙘𝙚𝙨 𝙡𝙪𝙞 𝙥𝙚𝙧𝙢𝙚𝙩𝙩𝙖𝙣𝙩 𝙙𝙚 𝙛𝙖𝙘𝙞𝙡𝙞𝙩𝙚𝙧 𝙨𝙤𝙣 𝙞𝙣𝙫𝙚𝙨𝙩𝙞𝙨𝙨𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙙𝙖𝙣𝙨 𝙡’𝙖𝙘𝙩𝙞𝙫𝙞𝙩𝙚́ 𝙨𝙮𝙣𝙙𝙞𝙘𝙖𝙡𝙚 𝙚𝙩 𝙙𝙤𝙣𝙘 𝙡𝙖 𝙥𝙧𝙞𝙨𝙚 𝙙𝙚 𝙧𝙚𝙨𝙥𝙤𝙣𝙨𝙖𝙗𝙞𝙡𝙞𝙩𝙚́. 𝙀̂𝙩𝙧𝙚 𝙨𝙮𝙣𝙙𝙞𝙦𝙪𝙚́, 𝙘’𝙚𝙨𝙩 𝙖𝙪𝙨𝙨𝙞 𝙚𝙩 𝙨𝙪𝙧𝙩𝙤𝙪𝙩 𝙚̂𝙩𝙧𝙚 𝙖𝙘𝙩𝙚𝙪𝙧 𝙙𝙚 𝙡’𝙖𝙢𝙚́𝙡𝙞𝙤𝙧𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣 𝙙𝙚𝙨 𝙘𝙤𝙣𝙙𝙞𝙩𝙞𝙤𝙣𝙨 𝙙𝙚 𝙩𝙧𝙖𝙫𝙖𝙞𝙡 𝙚𝙩 𝙙𝙚 𝙫𝙞𝙚 𝙖𝙪 𝙩𝙧𝙖𝙫𝙖𝙞𝙡.

 

Consultation citoyenne du

 CESE

A nos claviers !!!

Comment améliorer l'hôpital de demain et sa place dans le système de santé ?

Le CESE, suite aux pétitions citoyennes et à la mobilisation des professionnels de santé, s'est auto-saisi de la question de l'hôpital et de sa place dans le système de santé.

LA SAGA DU PLAN SEGUR

CP CGT Segur de la sante Page 1

Rapport d'enquête 60 propositions pour sortir durablement de la crise sanitaire, sociale, économique et environnementale

 

Le déconfinement est une épreuve à haut risques, s’il ne s’effectue pas dans la plus grande prudence, de nouvelles vagues de contaminations peuvent avoir lieu.

Alors que la crise sanitaire s’installe dans la durée et qu’elle s’accompagne désormais d’une crise économique et sociale, les leçons de la période de confinement doivent être tirées pour empêcher de nouvelles vagues épidémiques. Pas question de laisser se normaliser des dispositifs d’exception.

L’ampleur de la crise sanitaire a démontré les impasses du Wall Street Management, le management par les coûts qui, dans le privé comme dans le public, dans l’industrie comme dans les hôpitaux fait primer l’objectif de rentabilité financière de court terme sur toute autre considération, sociale, environnementale ou sanitaire.

Pas question, comme le souhaiterait Emmanuel Macron, de s’en remettre à un hypothétique jour d’après. Pas question, comme le demande le MEDEF d’abandonner au prétexte de la crise économique les normes sociales et environnementales, au risque d’une nouvelle crise, encore plus violente que celle que nous traversons actuellement. Le changement de modèle doit se matérialiser immédiatement avec des mesures de sortie de crise qui donnent le ton et marquent la rupture avec le primat du lowcost qui nous a menés dans le mur.

Sous-catégories